# ŒUVRE

L'OISEAU DE LA CAPITALE | pièce pour shakuhachi et sons vocaux | 14 min | 2008

Commande de l'INA-GRM
Shakuhachi : Jean-François Lagrost

Parmi les poèmes réunis au IXe siècle dans le Kokinshu, plusieurs furent écrits par ce grand poète du Moyen-Age japonais, Ariwara no Narihira. Celui que j'ai choisi, et dont on peut traduire le titre par « l'oiseau de la capitale », parle du déchirement du lointain et raconte la surprise procurée par le souvenir qui soudain s'impose. Ici, c'est un oiseau qui la déclenche, et voilà que surgit la douleur de l'éloignement.
Le poème a été interprété par Franck Royon Le Mée (1952-1993), compositeur et chanteur hors-pair. Sa voix si souple épouse les intonations du poème et fait émerger les inflexions des sentiments. L'enregistrement de son interprétation a donné assez de matière à créer tous les sons de l'œuvre. La partie de shakuhachi a été travaillée avec la collaboration de Jean-François Lagrost.
Le texte original fut traduit pour cette œuvre par Yoshikazu Nakaji, spécialiste de Rimbaud, et Raymond Voyat, auteur du roman Les étangs de Niigata.
L'œuvre est dédiée à la mémoire de Franck Royon le Mée.

# BIO

MARC BATTIER
musicologue, compositeur | vit et travaille à Paris
marc.battier@ems-network.org

Compositeur de musique électroacoustique, sa musique a été jouée dans la plupart des pays de l'Europe, en Amérique du Nord, au Japon et en Chine. Ses partitions graphiques ont été exposées dans des galeries à Paris. Il a travaillé successivement à l'INA-GRM comme assistant de François Bayle et à l'IRCAM avec, entre autres, Pierre Boulez, Steve Reich, Karlheinz Stockhausen, Pierre Henry et Joji Yuasa. Il a été à deux reprises collaborateur de l'Unesco. Au Musée de la musique (Paris), il a conçu a collection des instruments électriques et électroniques du XXe siècle et fait partie de la commission d'acquisition. Il est professeur de musicologie à l'université Paris-Sorbonne et est professeur invité, université de Californie à San Diego et à Irvine, université de Montréal et université des Beaux-Arts et de la musique de Aichi à Nagoya, au Japon.
Fondateur du réseau d'étude des musiques électroacoustiques d'Asie orientale et cofondateur de Electroacoustic Music Studies Network. Responsable du groupe de recherche MINT (musicologie, informatique et nouvelles technologies) de l’Observatoire musical français ; codirecteur de Electronic Music Foundation (New York). Fondateur du réseau d'étude des musiques électroacoustiques d'Asie orientale et cofondateur de Electroacoustic Music Studies Network. A participé à la création de International Computer Music Association. Président du conseil scientifique de OLATS (Observatoire Leonardo des arts et technosciences, France). Collabore à plusieurs publications professionnelles comme membre de comité éditoriaux : Leonardo Music Journal (MIT Press) et Organised Sound (Cambridge University Press), et auparavant à Cahiers de l'Ircam et Computer Music Journal. Sa musique a été commandée par l'INA-GRM, l'IRCAM, le GMEB, le GERM et, à l'étranger, aux Etats-Unis, Grande-Bretagne, Hongrie et Japon. Elle a été interprétée, entre autres, par l'Ensemble intercomporain, l'ensemble de l'Itinéraire et l'ensemble 2E2M. Son dernier CD, Audioscans, sur neuf tableaux de Matta, est sorti chez MAAT (sometimestudio.org) en 2009.

JEAN-FRANÇOIS LAGROST
interprète, flûtiste | vit et travaille à Paris
JF.Lagrost@libertysurf.fr

Né en Alsace, Jean-François Lagrost étudie la flûte traversière à Mulhouse, puis à Paris où il suit l'enseignement de Geneviève Amar, Vicens Prats et Michel Rousseau. Lauréat de nombreux concours nationaux et internationaux, titulaire du Diplôme d'État, il enseigne actuellement cet instrument aux conservatoires d’Asnières (92) et du Kremlin-Bicêtre (94).
Parallèlement à son cursus instrumental, il étudie la musicologie à la Sorbonne (Paris IV), où il obtient, sous la direction de Marc Battier, un DEA de musique du XXe siècle traitant de la place de la flûte dans la musique mixte.
Il débute le shakuhachi en 2000 avec le grand maître Sôzan Kariya, représentant en France de l'école Tozan. Aujourd'hui shihan (maître) de cette école, Jean-François Lagrost se produit régulièrement en concert avec des instrumentistes japonais ou occidentaux.
Outre ses activités d'enseignant, il poursuit une carrière active d'interprète, comme soliste ou en orchestre, notamment avec l'Ensemble de flûtes de Paris et le Quatuor Aurélis. Ouvert à tous les courants esthétiques, il collabore fréquemment avec des compositeurs contemporains pour la création de leurs œuvres. La richesse et la finesse de son jeu attirent dans sa classe de nombreux élèves, professionnels ou se destinant à l'être, désireux de développer une véritable personnalité artistique.

PRÉCÉDENT